dimanche 14 janvier 2018

Sciences occultes, progression initiatique et expérience à long terme

Je bute sur un problème de conception relatif aux sciences occultes. C'est un problème qui touche au temps long du jeu, la campagne plus que la partie. Et ça fait 12 ans que je n'ai pas joué en campagne et que je me concentre sur le one-shot. Du coup je suis tout rouillé. Je me demande même si j'ai envie d'un tel temps long dans #NephilimNarrativoVegan, tout en me rappelant que Nephilim est le jeu où j'ai mené le plus de campagnes et que j'en garde de très bons souvenirs.

Les éditions classiques de Nephilim ont des magies construites à base de sorts (sortilèges, invocations ou formules), récupérés sous forme de focus (grimoire ou autres) et que le Nephilim inscrit petit à petit dans son pentacle (apprentissage). La progression de chaque science occulte est organisée en trois cercles : le premier cercle commun à tous, le second cercle qui permet de choisir une voie défrichée par d'autres et un troisième cercle qui permet enfin d'être créatif. En effet, c'est seulement au troisième cercle que l’adepte de science occulte est capable d'inventer ses propres sorts. Capable en théorie, car chaque création de sort est un travail de longue haleine.

En pratique, un Nephilim est donc toujours intéressé par des sorts découverts par d'autres Nephilim plus avancés que lui. C'est même une partie essentielle de sa progression vers la maîtrise des sciences occultes et donc vers l'Agatha. Et un ressort intéressant pour motiver un PJ à partir à l'aventure : il va comprendre des secrets de sa science occulte et apprendre de nouveaux sorts. Tout ce cadre est cohérent avec la proposition du jeu Nephilim : la quête de sapience.

Dans la seconde édition de Nephilim, la création de personnage permettait assez facilement d'atteindre le second cercle d'une science occulte et d'avoir touché à l'une ou aux deux autres. Mais on pouvait faire des choix qui se révélaient sous-optimisés et n'être avancé dans aucune science occulte, ou d'être très savant mais de tellement manquer de puissance qu'on était incapable de lancer aucun des sorts qu'on connaissait. La troisième édition a rectifié le tir et a mis tous les PJs sur la même ligne de départ: le milieu du deuxième cercle de leur science occulte principale. C'est une position intéressante puisque le PJs tout juste créé peut passer pour un adepte bien avancé dans sa spécialité aux yeux d'un profane ou d'un autre PJ qui a choisit une autre spécialité. Pourtant il lui reste encore un long chemin à parcourir, et il sera intéressant de le parcourir en jeu.

Tout cela est très inspirant, très symbolique, très codifié, mais comment le reproduire en restant appuyé sur le système de Magistrats et Manigances ? En effet, M&M n'offre que peu de possibilité pour la progression des assistants du magistrat : l'acquisition de nouvelles capacités spéciales. Un ou deux point d'avancement par affaire résolue, et au bout de six points d'avancement, achat d'une nouvelle capacité spéciale. Entre temps, le joueur sent tout de même son assistant progresser grâce aux nombreux contacts qu'il noue dans le district.

Pour permettre une progression à long terme, les capacités spéciales de sciences occultes doivent être plus nombreuses que le nombre de capacités spéciales offertes lors de la création (3), et possiblement chaînées.

Par exemple on peut imaginer que la capacité spéciale "Invocation" détermine une procédure général d'invocation, mais soit de base limitée à l'invocation des créatures les plus "faibles", les plus basses dans la hiérarchie angélique. Une autre capacité spéciale, dépendante d'invocation, permet d'invoquer des créatures un peu plus haut dans cette hiérarchie, et ainsi de suite sur 4 niveaux. Un joueur qui maximiserait en prenant 3 capacités spéciales en Kabbale aurait donc accès à trois niveaux de créatures sur 4, mais ne serait pas capable de passer un pacte, ni de voyager dans les mondes de Kabbale et n'aurait aucune capacité spéciale liée à son arcane majeur.

Un autre profil de Kabbaliste pourra dès la création invoquer les créatures les plus bas dans la hiérarchie, passer un pacte avec elles et voyager dans un des cinq mondes de Kabbale.

Une troisième possibilité serait une Kabbaliste dilettante, uniquement capable d'invoquer les créatures les plus faibles mais aurait aussi accès à des enchantements de bas niveau et à une capacité spéciale liée à son arcane.

Cette façon de structurer les capacités spéciales doit pouvoir se généraliser aux autres sciences occultes. La progression de la Nephila se fait alors à moyen terme par l'acquisition de nouvelles capacités spéciales (une toutes les 2 ou 3 séances ?). A plus court terme, la progression se fait sentir par l'apprentissage de nouveaux sorts.

Il faut donc:
  1. que certains rites de base permettent d'obtenir des focus
  2. que les sorts soient faciles à créer par les joueurs comme par le MJ. Car, soyons honnête, je ne suis pas un fan des listes de sort, ni à lire ni à écrire. Donc autant que la création de sorts se fasse autour de la table, en accord avec la fiction.
Il y a encore du boulot, c'est assez pour aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire